Clinique du travail

le travail, une activité sociale qui peut faire souffrir(*)

maltraitance et souffrance dans les relations de travail

Le travail est une activité essentielle de l’adulte. Il identifie le sujet à la place d’adulte. La pensée, l’expérience, la connaissance et les représentations s’élaborent dans le travail, par les actes, les mots, les écrits, pour un objectif prévu par des prescriptions, des procédures. Le travail peut prendre deux orientations :

- ou bien, il valorise la capacité de chacun à s'intégrer dans la société,

- ou bien, il attaque sa capacité à apporter les bonnes réponses lorsque la maîtrise des procédures est mise en échec. Alors, peuvent apparaître de la souffrance et/ou des symptômes.

Maitriser les procédures c'est mettre son intelligence, sa subjectivité au service des procédures. L'homme maîtrise alors les procédures. C'est le travailleur qui décide en dernier recours. Alors que, depuis quelques années, les procédures mises en place par les nouveaux managers cherchent à inverser la tendance, et transformer l'homme comme objet ou machine à travailler, devant respecter scrupuleusement les procédures. C'est la procédure qui décide en dernier recours. C'est cette inversion des rôles qui rend malade et qui met en souffrance le travailleur dont la subjectivité est muselée. Il n'existe plus comme sujet, seulement comme un "UN" (un travailleur, une machine, un outil, ...), appartenant à une machine productrice de valeurs comptables et financières.

Ainsi, les tensions au travail deviennent délétères et aboutissent à des situations de souffrance psychique, de stress, de découragement, de crise, de conflit, de débordement, de traumatisme, d’accidents, de harcèlement moral ou sexuel, d’agression en tout genre.

Dans un premier temps, le recours naturel du sujet confronté à cette souffrance est la famille, les amis, le médecin. En effet, le repli sur soi, la culpabilité, le mal-être s’installent, s’amplifient, la vie professionnelle devient insupportable, le goût pour la vie sociale se détériore, les tensions montent en famille. Ces aides peuvent ne pas être suffisantes.

Tant que ces difficultés ne sont pas rendues intelligibles, elles deviennent une menace pour la santé physique et psychique, dégradant la qualité des relations interpersonnelles dans tous les domaines de la vie.

Il convient de mettre en place un lieu, un temps d'écoute psychothérapique, qui peut être court, visant, dans la plus grande confiance :

- à permettre au sujet fragile et blessé, d'exprimer toutes les souffrances vécues,

- à déplier et mettre des mots sur le déroulement des faits, les brimades,

- à dire l'écart entre la place sociale qu'il croyait occupée et celle qui lui est imposée.

Petit à petit, recenser et discerner les points de souffrance :

- ceux qui relèvent d'une prise en charge spécifique (CHSCT, Médecine du travail, Inspection du travail, Justice, Droit du Travail, etc.),

- et ceux qui relèvent d'un travail psychothérapique, dans la dimension du champ du travail et des symptômes et leur inscription dans l'histoire personnelle du sujet.

face à la souffrance d'un salarié, que faire ?

établir un historique de la situation

Date d'entrée dans l'entreprise, déroulement de carrière (formation, investissement du salarié dans son entreprise, etc.). A quel moment la situation s'est modifiée et sur quel fait singulier, brusque ou évolutif (déménagement, changement de direction, de hiérarchie, évolution des conditions de travail, etc.) la situation s'est transformée.

Y a-t-il des témoins de ces changements ou des faits qui ont produit ou produisent cette souffrance.

Mettre son histoire en mots, c'est mettre de la distance avec elle, lui donner un autre sens, un autre point de vue.

consulter le médecin du travail

Le salarié est dans son droit lorsque qu'il demande à voir son médecin du travail. L'employeur ne peut refuser cette demande. Le médecin du travail a l'obligation de confidentialité. Avisé du mal-être du salarié, il pourra alors faire état de problèmes dans l'entreprise sans mettre en cause le salarié. Il prescrira et orientera, si nécessaire, le salarié vers une consultation spécialisée en psychothérapie du travail.

Il est très important que le dossier médical soit constitué des différentes visites et de l'évolution des problèmes de santé du salarié, car, en cas de procédure judiciaire, ce dossier médical peut être transmis aux instances judiciaires comme élément de preuve.

Le médecin du travail peut mettre le salarié en inaptitude temporaire pour le protéger. Il peut proposer des aménagement de poste ou une mutation, un changement justifié par l'état de santé. Il peut mettre le salarié en inaptitude définitive au poste de travail, pour lui éviter un licenciement sans indemnités et sans chômage.

Le médecin du travail peut également intervenir auprès du médecin Conseil pour obtenir des délais avant l'interruption des indemnités journalières.

lever le caractère confidentiel

L'obligation de confidialité de l'Inspecteur du travail ne peut être levée qu'avec l'envoie d'un courrier sur le problème constaté à son employeur avec copie à l'Inspecteur du travail. Celui-ci pourra alors intervenir et interroger l'employeur à ce propos.

l'arrêt de travail

Si cet arrêt de travail est consécutif à un evenement lié au travail, faire une lettre à l'employeur pour demander la déclaration en arrêt de travail. Si l'arrêt indique "stress post-traumatique" ou "syndrome dépressif réactionnel", ce n'est pas une maladie du salarié, cela suffit pour que cela soit imputé à l'entreprise.

La conséquence de cet arrêt de travail est que la sécurité sociale mène une enquète dans l'entreprise.

le CHSCT

La mission du CHSCT est de contribuer à la protection de la santé physique et mentale et de la sécurié des travailleurs de l'entreprise et des personnels extérieurs mis à sa disposition, et de contribuer également à l'amélioration des conditions de travail. Il a un rôle d'alerte face à une dégradation des conditions de travail. Un enquête peut être réalisée si le délégué du personnel a connaissance d'une dégradation des conditions de travaill (article L 2313-2 du code du travail).

consultation de psychopathologie du travail ou de Souffrance au travail

Un salarié ne peut rester isolé face à sa souffrance. Il a besoin de parler aux médecins, psychologues de la situation auquel il est confronté. Le salarié victime n'a pas conscience de son état. En cas de souffrance mentale, il est important pour le salarié de se soigner pour être en capacité d'agir. La consultation offre à la personne en souffrance un soutien pluridisciplinaire en mettant en réseau le médecin traitant, le médecin du travail, un avocat, une assistante sociale, etc...

 

(*) Ces textes sont inspirés du site www.souffrance-et-travail.com

Copyright © All Rights Reserved